News & Events

Featured

Missions consulaires spéciales de délivrance de Cartes nationales d’identité burkinabè (CNIB) et de passeports, du 02 au 16 mai 2019 aux Etats-Unis d’Amérique

Advertisements
Featured

Assemblées de printemps de la Banque Mondiale et du FMI à Washington D.C, rencontres du 10 avril 2019: Revoir l’assiette financière du Burkina Faso à la hausse, la délégation du Burkina Faso avec à sa tête le Ministre en charge des Finances M. Lassané KABORE et SEM l’Ambassadeur Seydou KABORE est optimiste.

Featured

Participation du Burkina Faso aux Assemblées de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) : Point de la journée du 09 avril 2019.

Le Ministre des Finances, le Ministre de l’Education nationale et SEM l’Ambassadeur en compagnie de l’équipe de la Banque Mondiale

Du 8 au 14 avril 2019 se tiennent à Washington DC aux Etats Unis d’Amérique (USA), les Assemblées de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI). Une Délégation du Gouvernement burkinabè, conduite par le Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), par ailleurs Gouverneur de la Banque mondiale et du FMI pour le Burkina Faso, et appuyé par  le Ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, participe à ces rencontres statutaires.

Outre ces deux Ministres, la Délégation comprend l’Ambassadeur du Burkina Faso à Washington DC, le Directeur général de la coopération et le Directeur général du trésor et de la comptabilité publique,  respectivement Gouverneur suppléant de la Banque mondiale et du FMI, le Directeur national de la BCEAO, le Directeur général de l’économie et de la planification, le Conseiller spécial du Premier ministre en charge des PPP.

Dans la journée du 9 avril 2019, la délégation a rendu des visites de courtoisie aux deux Administrateurs représentants le Burkina Faso auprès de la Banque mondiale et du FMI. Les échanges avec ces deux personnalités ont porté sur l’état de la coopération entre notre pays et ces deux institutions, jugé très satisfaisant au regard du soutien constant apporté par les instances de décision des deux institutions internationales aux dossiers soumis par le Burkina Faso, et ont permis de partager la situation socioéconomique et les défis sociopolitiques de notre pays. Il s’agit notamment de :  (i) la bonne tenue des indicateurs  économiques et financiers, en dépit des chocs climatiques et sociaux enregistrés, (ii) la persistance des menaces sécuritaires ; (iii) le renforcement de l’appui financier du groupe de la Banque mondiale en faveur du Burkina Faso ; (iv)  l’accroissement du taux d’électrification du pays, à travers le développement de l’énergie solaire ;  (v) le développement de l’économie numérique.

A la suite de la visite de courtoisie rendue aux administrateurs de la Banque mondiale et du FMI,  la délégation burkinabè a tenu deux séances de travail respectivement avec l’équipe pays de la Banque mondiale conduite par son Directeur des opérations et  avec le Vice-président en charge de  la Région Afrique.

La rencontre avec l’équipe pays a permis de faire le bilan de la coopération avec le Burkina Faso. Il en est  ressorti  deux constats majeurs. En premier lieu, il faut noter que  la Banque mondiale intervient au Burkina Faso à travers 23 projets sous financement IDA,  8 projets régionaux et 10 projets bénéficiant de fonds fiduciaires pour un coût global estimé à plus de 2 milliards USD, soit environ 1 700 milliards FCFA.  En second lieu, il y a lieu de souligner que de façon globale, la qualité du portefeuille est satisfaisante, tous les projets s’exécutant normalement avec  un niveau de décaissement des financements qui est le plus élevé de l’unité opérationnelle couvrant le Benin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Togo.

Avec le Vice-président de la Banque pour la région Afrique, les échanges ont porté sur le souhait du Burkina Faso de bénéficier de l’accompagnement de son institution dans la lutte contre l’insécurité et les fragilités, le renforcement de l’accès à l’énergie, le développement du capital humain et l’éducation, l’économie numérique, l’appui au G5 sahel. Il s’est dit disposer à utiliser tous les instruments adaptés de la Banque pour accompagner les efforts du Burkina Faso dans les domaines voulus. Ainsi, a-t-il été décidé d’un accroissement de l’appui budgétaire dont le niveau de 2020 sera porté de 50 millions USD à 100 millions USD tout comme pour 2019.

Au cours de cette séance, la délégation a ete informée d’un réaménagement institutionnel  qui rattache désormais le Burkina Faso à l’unité opérationnelle couvrant le Mali, le Tchad et le Niger dans le but de renforcer l’homogénéité régionale dans le cadre du G5 Sahel.

Dans l’après-midi, les Ministres en charge de l’éducation et des finances ainsi que les responsables de la Banque mondiale ont tenu un « Side event » au cours duquel  la Stratégie nationale de scolarisation des élèves dans les zones à forts défis sécuritaires,  2019-2024, a été présentée. Adoptée en conseil de ministre le 21 février 2019,  cette stratégie est bâtie autour de trois axes :

– l’accès à l’éducation et à un environnement d’apprentissage protecteur et sécurisé,

– l’enseignement et l’apprentissage de qualité,

– le pilotage et la coordination.

Cette présentation a été l’occasion d’échanger avec la banque mondiale sur le sujet de la vulnérabilité du Burkina Faso et d’explorer des pistes de solution pour favoriser l’éducation des élèves de cette zone touchée par l’insécurité.  

                                                                                  Washington, le 10 avril 2019

Featured

2018 Trafficking in Persons report: Le Burkina Faso honoré aux USA

20180628_231000

” Chaque année, le département d’État américain publie un rapport sur la situation de la traite des personnes dans le monde appelé TIP REPORT . A cet effet, les personnes qui se sont distinguées au cours de l’année par leur engagement et leur efforts dans la lutte contre la traite des personnes sont honorés par un prix appelé ” TIP REPORT HERO AWARD”.

Cette année, un jeune Burkinabè du nom de Josué ANGO s’est illustré de par sa détermination et son investissement personnel dans la mise en oeuvre de la politique gouvernementale en matière de lutte contre la traite des personnes. Ses efforts lui ont valu d’être nominé comme l’un des héros de 2018. A ce titre il a été invité par les autorités américaines à Washington pour être reconnu comme tel. La cérémonie de remise de la reconnaissance a eu lieu ce jeudi 28 juin 2018 dans les locaux du département d’État américain en présence du Secrétaire d’État Mike Pompeo et de Ivanka Trump, Représentante du President des États-Unis d’Amérique .

Le Burkina Faso était représenté à cette cérémonie par son Ambassadeur aux USA. Ce dernier n’a pas manqué de traduire les remerciements du Faso aux autorités américaines et de féliciter le ” Héro” dont la reconnaissance internationale apporte de la visibilité aux efforts du gouvernement pour renforcer la justice et la paix au Burkina Faso.”

Featured

Signature de convention entre le MCC et le Burkina Faso pour le financement des études de faisabilité du compact 2.

Le vendredi 20 avril 2018 à 16h, le MCC et le Burkina Faso ont signé une convention de
financement des études de faisabilité des projets prévus dans le cadre de la formulation du compact 2 entièrement consacré au secteur de l’énergie.

8,825 millions de dollars US servira au financement des études de faisabilité de projets.

 
La délégation du MCC conduite par Madame Kyeh Kim, Principal Deputy, Vice-Présidente du MCC, était composée de Monsieur Michael J. Simsik, ED.D. Directeur / Country Team
Leader-Burkina Faso et Monsieur Matthew S. Jacob, Program Officer, Department of compact Operations, Africa Program.

L’équipe du Burkina Faso comprenait:
Monsieur Ismaël Bachir Ouedraogo, Ministre de l’énergie; Madame Edith Yaka, Ministre
délégué au budget;; SEM Seydou Kabore, Ambassadeur du Burkina Faso à Washington, DC; Monsieur Ambroïse Kafando, Directeur General de la coopération; Monsieur KI-Zerbo, Directeur National de la BCEAO; Monsieur Adama Salambere, Conseiller Economique.
Les deux parties ont salué le choix du secteur de l’énergie. En effet, le déficit en matière
d’électricité est un des obstacles les plus contraignants à l’investissement privé, à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté au Burkina Faso.

 

Aussi, lors de la formulation du compact 2, l’Unité de Coordination du Burkina Faso et l’équipe du MCC ont convenu de  mettre en œuvre un projet qui vise à améliorer l’accès des entreprises et des ménages à une électricité suffisante, de qualité et moins coûteuse.

La convention d’un montant de 8,825 millions de dollars US servira au financement des études de faisabilité des projets à travers les composantes ci-après : (i) améliorer l’efficacité du domaine de l’électricité à travers des reformes qui renforcent le cadre institutionnel, juridique et opérationnel, (ii) accroitre l’offre de la qualité de l’électricité en améliorant et modernisant les infrastructures, (iii) renforcer le réseau de transport et de distribution de l’électricité, (iv) améliorer l’accès des populations et entreprises des zones rurales et/ou peri-urbaines à l’électricité, (v) développer les capacités des ressources humaines dans le domaine de l’énergie.

Tout en saluant la très bonne collaboration entre le MCC et le Burkina Faso présenté comme l’un des meilleurs partenaires, la Vice-présidente du MCC a exprimé la solidarité de son Institution avec le Burkina Faso suite à l’attaque terroriste du 02 mars dernier et présenté ses condoléances.

Le Ministre de l’énergie a remercié la partie américaine et souligné la pertinence du projet en faisant le lien entre l’énergie et le secteur agricole qui emploie plus de 80% de la population burkinabè, principalement les femmes.

Pour sa part, le Ministre déléguée au budget s’est félicitée de la signature de l’accord en ces termes: “…le financement de l’Unité de coordination et la signature de la présente convention concrétisent l’accompagnement fructueux du MCC dans la mise œuvre des opérations qui s’inscrivent dans le PNDES dont l’objectif est de transformer structurellement l’économie burkinabè. Je transmets le remerciement du Gouvernement et du peuple burkinabè au MCC, aux sénateurs américains et à l’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Burkina Faso “.

Adama SALEMBERE

Conseiller Economique

Featured

New Embassy Website

The dynamic adeventurous design of the Burkina Faso Embassy website reflects a mission to build communituy, provide consular services and forge USA connections that lead to greater economic development. The design lends itself to grow and flourish, keeping pace with an increasingly engaged community of users.

A Dynamic Adventurous Design


The dynamic adventurous design of the Burkina Faso Embassy website reflects a mission to build communituy, provide consular services and forge USA connections that lead to greater economic development. The design lends itself to grow and flourish, keeping pace with an increasingly engaged community of users.

An important feature is the member portal which allows users to easily register and become members of the Burkina Faso USA community. Members can easily log in directly from the site and create a user profile. A member directory allows members to find one another other with ease.

Message de SEM Monsieur l’Ambassadeur du Burkina Faso aux USA à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme

Chers Compatriotes vivant dans la juridiction de l’Ambassade du Burkina Faso à Washington, D.C.,

 

Ce 8 mars 2019, notre pays, à l’instar de la Communauté internationale, a commémoré la 163ème Journée internationale de la femme. « Crise humanitaire au Burkina Faso : quelles stratégies pour une meilleure résilience des femmes », tel était le thème choisi par le Burkina Faso pour commémorer cette journée. Ce thème est d’une actualité brulante car, comme vous le savez, notre pays fait face depuis 2016, à la récurrence des attaques terroristes et des conflits communautaires avec leur corollaire de déplacement des populations. C’est dans ce contexte difficile que s’est tenu le sixième forum national des femmes, à l’occasion duquel a eu lieu le traditionnel dialogue direct entre le Chef de l’Etat, SEM Roch Marc Christian Kaboré et les représentantes des femmes des treize(13) régions du pays.

 

Un forum au cours duquel les femmes ont plaidé pour un meilleur maillage sécuritaire du territoire national, le retour en famille des personnes déplacées internes, l’accroissement de l’accès à l’eau, l’amélioration du fonctionnement des cantines scolaires, la création davantage de projets structurants, la mise en place d’un fonds de garantie au profit des femmes porteuses de projets, l’octroi de financements aux femmes déplacées internes, le renforcement des capacités des femmes en techniques innovantes de production et en entreprenariat, etc.

 

En réaction à toutes ces préoccupations des femmes, le Chef de l’Etat, a apporté quelques réponses du gouvernement dont la mise en place du fonds national de la finance inclusive (FONAFI) avec pour priorité le financement des projets des femmes et des jeunes et le fonds d’amitié Côte d’Ivoire-Burkina pour la promotion de la femme, l’allocation de 4 milliards de FCFA à l’acquisition de matériels de technologies pour les femmes, la relecture de la loi sur le quota genre, le subventionnement du financement des start-ups des femmes, l’adoption de la participation de 30% de femmes dans les partis politiques nationaux, dont l’opérationnalisation reste une priorité pour le gouvernement et la concrétisation prochaine de sa promesse d’offrir un quota de 30% aux femmes dans son prochain gouvernement, etc. Ces actions du Chef de l’Etat et de son gouvernement démontrent à souhait que la femme occupe une place prépondérante dans les stratégies et politiques publiques dans notre pays.

 

La diaspora burkinabè peut et doit accompagner les actions du gouvernement en faveur de la femme. Pour ce faire, elle doit mener une synergie d’actions en faveur du développement socio-économique du Burkina Faso à travers des investissements dans des projets structurants et innovants à même de booster le développement socio-économique du Burkina Faso.

 

En attendant des actions concrêtes et concertées de la diaspora, permettez-moi, chers compatriotes de la communauté burkinabè des USA, au lendemain de la marche radieuse de la Femme pour son mieux-être et celui de l’humanité, de vous souhaiter bonne fête. Chères mères, épouses et filles, Femmes burkinabè, la Nation entière compte sur vous pour continuer d’être ce havre de paix que nous avons tant aimé. Votre implication individuelle et collective contribuera sans nul doute à l’atteinte de ce résultat vital.

 

Bonne fête de la Femme à toutes et à tous !

Vive le Burkina Faso !

Vive l’amitié entre les peuples !

L’Ambassade du Burkina Faso à Washington D.C., a l’honneur de partager avec la Communauté burkinabè des USA, une vidéo promotionnelle réalisée dans le cadre du lancement du Concept UNITHON INTERNATIONAL de la Fondation RAVI. Le lancement est prévu pour le dimanche 22 mars 2020.

Passation de charges au sein du Groupe des Ambassadeurs des pays du G5 Sahel accrédités aux Etats-Unis d’Amérique.

A l’instar de la passation de témoin entre le Président du Faso et son homologue de la Mauritanie, le mardi 25 février 2020 dans le cadre de la présidence tournante du G5 Sahel, l’Ambassadeur du Burkina Faso à Washington D.C., SEM Seydou Kaboré, a passé le témoin, le mardi 03 mars 2020, à l’Ambassadeur de Mauritanie au sein du Groupe des Ambassadeurs des pays du G5 Sahel accrédités aux Etats-Unis d’Amérique.

Pour rappel, ce groupe est formé des Ambassadeurs du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad et vise à mener le plaidoyer auprès des autorités américaines et d’autres partenaires, sur la situation du G5 Sahel et solliciter un soutien accru des USA.

Le bilan de l’Ambassadeur Kaboré à la tête du Groupe des Ambassadeurs du G5 Sahel aux USA après un an d’exercice (2019-2020), est jugé très satisfaisant avec l’organisation de plusieurs rencontres importantes avec des partenaires stratégiques.

Au nombre de ces rencontres, l’on retiendra celle tenue avec International Republican Institute en vue de présenter le G5 Sahel, faire le point sur la situation du terrorisme dans le sahel, les moyens déployés par les Etats de la région pour y faire face, et solliciter l’appui des Etats-Unis. Une autre rencontre importante est celle tenue avec le Centre d’Etudes Stratégiques de l’Afrique pour expliquer la situation au sahel et demander l’appui des partenaires américains. Des déjeuners de travail ont également été organisés sous la présidence burkinabè du Groupe, parmi lesquels on peut citer les déjeuners de travail avec des représentants du Département d’Etat américain et la concertation avec l’Ambassadeur de France aux USA, juste avant la rencontre de PAU(France).

Des efforts considérables ont été fournis par la communauté internationale, particulièrement la France et les Etats-Unis d’Amérique dans la lutte antiterroriste et dans le renforcement des capacités opérationnelles des Etats du G5 Sahel. C’est le lieu ici de les remercier et de leur témoigner toute notre gratitude.

En effet, après la rencontre de PAU et grâce à une meilleure coordination du G5 Sahel et de ses partenaires dont la France et les USA, de meilleurs résultats sont obtenus dans la zone des trois frontières (Mali-Niger-Burkina). Aussi, exhortons-nous les USA à continuer dans cet élan et à ne pas réduire leur niveau d’intervention dans la région au risque de fragiliser les dispositifs mis en place par les autres partenaires.

Dans la même vaine, la contribution des autres partenaires de l’Afrique (UEMOA, CEDEAO, UA, etc.) et du reste du monde est attendue afin de couvrir les besoins de sécurité et de développement, dont la satisfaction constituerait un véritable espoir de paix, de sécurité et de développement dans le sahel.

Le bilan de l’Ambassadeur Kaboré est aussi à mettre au crédit des autres Ambassadeurs des pays du G5 Sahel, qui l’on accompagné et assisté tout au long de son mandat. Un mandat qui s’est déroulé dans une ambiance saine et une bonne cohésion du groupe. C’est donc satisfait de son bilan et avec beaucoup d’espoir que l’Ambassadeur Kaboré a passé le témoin à son homologue de la Mauritanie.

Une Burkinabè lauréate du prix 2020 « International Women of Courage »

La Première Dame des États-Unis, Melania Trump et le Secrétaire d’État, Michael R. Pompeo ont procédé ce mercredi 4 mars 2020 au Département d’État américain, à la remise du prix « International Women of Courage ». L’Ambassadeur du Burkina Faso aux Etats-Unis SEM Seydou Kaboré et le Premier Conseiller de l’Ambassade M. Hermann Toé, ont également pris part à cette cérémonie qui a honoré une de nos compatriotes.

Le Prix annuel international des femmes de courage (IWOC) du Secrétaire d’État, reconnaît les femmes du monde entier qui ont fait preuve d’un courage et d’un leadership exceptionnels pour défendre la paix, la justice, les droits de l’homme, l’égalité des sexes et l’émancipation des femmes, souvent à des risques et sacrifices personnels considérables. Il a été lancé en 2007. Cette année, les IWOC ont été décernés à 12 femmes extraordinaires du monde entier. Les finalistes sont sélectionnés et approuvés par des hauts fonctionnaires du Département d’Etat. Les lauréats 2020 sont:

  • Zarifa Ghafari (Afghanistan)
  • Lucy Kocharyan (Armenia) 
  • Shahla Humbatova (Azerbaijan) 
  • Ximena Galarza (Bolivia)
  • Sayragul Sauytbay (Ele Kazakh Autonomous Prefecture)
  • Susanna Liew (Malaysia)
  • Amaya Coppens (Nicaragua)
  • Jalila Haider (Pakistan)
  • Amina Khoulani (Syria)
  • Yasmin al Qadhi (Yemen) 
  • Dr. Rita Nyampinga (Zimbabwe)
  • Et Claire Ouedraogo (Burkina Faso).

Madame Claire Ouedraogo est présidente de l’«Association Songmanegre pour le développement des femmes», une organisation qu’elle a fondée qui se concentre sur l’élimination des mutilations génitales féminines (MGF) et la promotion de l’autonomisation des femmes par l’éducation à la planification familiale, la formation professionnelle et le microcrédit pour les femmes dans les régions rurales et mal desservies du Centre Nord du Burkina Faso.

Elle est également conseillère principale au Conseil national de lutte contre les mutilations génitales féminines. Elle est un membre actif du Mouvement burkinabé pour les droits de l’homme et des peuples. En 2016, le Premier ministre l’a nommée ambassadrice de la paix pour son travail en faveur de l’autonomisation des femmes rurales. Malgré la menace accrue d’attaques terroristes et d’actes violents contre des civils dans la province de Bam, Mme Ouedraogo poursuit son travail courageux en faveur des femmes vulnérables menacées à la fois par les MGF et le terrorisme.

Bravo et courage à cette brave Dame. Vive le Burkina Faso

Rencontre sur les échanges commerciaux entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Afrique.

Le mardi 18 février 2020, une délégation de l’Ambassade du Burkina Faso à Washington, D.C. a pris part à Baltimore dans l’Etat du Maryland, à une conférence sur les échanges commerciaux entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Afrique.

La délégation était conduite par l’Ambassadeur S.E.M. Seydou KABORE, qui avait à ses côtés le Premier Conseiller, Monsieur Léonard B. LOMPO.

La conférence, placée sous le thème « Commerce entre les Etats Unis et l’Afrique : Hier, aujourd’hui et demain », a été co-organisée par la Mission de l’Union Africaine à Washington, DC, le Corps Diplomatique Africain et United States Agency for International Development (USAID). Elle a eu pour cadre Hyatt Regency Baltimore Inner Harbor et a connu la participation des ambassades africaines accréditées aux Etats-Unis, du Secrétaire d’Etat du Maryland et des entreprises américaines.

Trois panels ont été animés sur les sous-thèmes suivants:

  • « Les vingt ans du commerce à travers l’AGOA » ;
  • « Prosper Africa : le futur du commerce entre les Etats-Unis et l’Afrique » ;
  • « Les mesures pour améliorer la facilitation du commerce en Afrique ».

Il faut dire que cet évènement corrobore la volonté des Etats-Unis de faire de l’Afrique un partenaire stratégique.

Les échanges dans le cadres des panels ont permis aux participants de s’enrichir mutuellement sur les opportunités d’affaires entre entreprises américaines et africaines, mais également de relever les goulots d’étranglement qui,  jusque-là, n’ont pas permis, que les échanges entre les deux partenaires soient à un niveau optimal.

La conférence a aussi offert une opportunité de networking entre les participants.

A VOTRE AIMABLE ATTENTION ET POUR LARGE DIFFUSION LES AVIS DE VACANCE DE POSTES CI-JOINTS. BONNE RÉCEPTION ET A BIENTÔT.

RAPPEL DE LA CONSTITUTION DU DOSSIER DE DEMANDE DE PASSEPORT ORDINAIRE BURKINABE

Au regard du nombre croissant de demandes de passeports ordinaires non satisfaites pour defaut ou insuffisance de certaines pièces constitutives du dossier, l’Ambassade du Burkina Faso à Washington D.C. voudrait rappeler à l’attention de la Communauté Burkinabè des Etats-Unis d’Amérique, le dossier de demande de passeport ordinaire. Ci-joint l’état détaillé dudit dossier.