Participation du Burkina Faso aux Assemblées de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) : Point de la journée des négociations.

Dans le cadre de sa participation aux travaux  des  Assemblées de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI), la délégation burkinabé s’est entretenue avec le Directeur du Département Afrique et le Directeur général adjoint du FMI. Avec ces deux autorités du FMI, les échanges ont porté sur la vision du Gouvernement pour améliorer le contexte socioéconomique. Cette vision est articulée autour de trois axes, à savoir : (i) œuvrer à l’apaisement du climat social au sein de l’Administration publique ; (ii) renforcer les actions de lutte contre l’insécurité et ; (iii) mettre en œuvre une stratégie de maitrise de la masse salariale.


La délégation burkinabè avec le Directeur Afrique du FMI

En ce qui concerne l’apaisement du climat social, le Ministre de l’économie, des finances et du développement, a fait état de la poursuite des négociations avec les partenaires sociaux qui permettent d’envisager une baisse de la tension sociale.

S’agissant de la maitrise de la masse salariale, il a partagé la stratégie du Gouvernement basée, notamment sur la remise à plat du système de rémunération des agents de la fonction publique et la mise en œuvre de mesures de réduction des charges de fonctionnement.

Par rapport à la situation sécuritaire, il a été souligné le renforcement des actions de sécurisation des forces de défense et de sécurité sur l’ensemble des régions touchées, avec des résultats probants observables dans la région de l’Est.

Au regard de cette situation, le Ministre de l’économie, des finances et du développement a relevé la nécessité de rehausser le niveau d’accessibilité du Burkina Faso aux ressources du FMI et l’implication de l’institution dans la mobilisation des autres partenaires pour accompagner le Burkina Faso.


La délégation burkinabè avec le Directeur Général Adjoint du FMI

Le Burkina Faso a été félicité pour sa résilience en matière économique par le Directeur du département Afrique et le Directeur Général Adjoint du FMI qui invite le Gouvernement à veiller au maintien de la stabilité du cadre macroéconomique, améliorer l’efficacité de la dépense et la mobilisation des ressources domestiques. Une revue du Programme sera tenue très prochainement à Ouagadougou pour faire le point des résultats atteints par le Burkina Faso.

Par ailleurs, la délégation a rencontré le Vice-président chargé des opérations de la Socuere Financière Internationale (SFI) pour discuter des interventions de cette Institution au Burkina Faso. Les deux parties se sont accordées sur la nécessité de l’affectation de ressources humaines dédiées au Burkina Faso en vue de permettre un suivi rapproché des réformes du climat des affaires et le soutien au secteur privé. La SFI a marqué sa disponibilité à renforcer ses interventions au Burkina Faso, en particulier dans les secteurs des énergies renouvelables, de l’économie numérique et de l’agro business.

En marge de ces deux rencontres, la délégation a rencontré la Présidente – Directrice générale du Partenariat mondiale pour l’éducation qui a injecté plus de 141 milliards FCFA dans le secteur éducatif au Burkina Faso depuis 2009. Après un exposé par la délégation des actions entreprises et envisagées dans le domaine de l’éducation et ce en lien avec la situation sécuritaire, elle s’est engagée à mobiliser les autres partenaires pour soutenir davantage l’éducation au Burkina Faso.

Albright, Education

Enfin, la délégation s’est entretenue avec l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) avec laquelle elle a passé en revue la situation des opérations de l’Agence au Burkina Faso. La JICA s’est dite très satisfaite de l’évolution des projets en cours et a marqué sa disponibilité à poursuivre son appui au Burkina Faso.

Outre les rencontres bilatérales, la délégation a participé à une Table ronde sur la mise en place de stratégies plus efficaces et équitables de mobilisation des ressources intérieures et à la réunion du groupe consultatif du Compact du G-20 avec l’Afrique.

                                                                                  Washington, le 10 avril 2019

Advertisements

Leave a Reply