Une étudiante Burkinabè distinguée « Student of the Year » au Cuyahogo Community College Metropolitan Campus, à Cleveland dans l’Ohio.

Chaque spring semester, le Community College Metropolitan Campus, une Université de l’Etat de l’Ohio, aux Etats-Unis d’Amérique, organise une soirée de reconnaissance des meilleurs étudiants tant pour l’excellence académique que pour le leadership au sein du Campus. Et cette année 2019, c’est notre compatriote Minata OUEDRAOGO qui a reçu le prestigieux trophée de « Student of the Year », ainsi que de nombreux autres titres dont :

  • General Leadership Certification,
  • Advanced Leadership Certification,
  • Dean’s List Academic Excellence,
  • Student Government Certificate of Appreciation.

L’Ambassade félicite Mademoiselle OUEDRAOGO qui fait la fierté du Burkina Faso à l’extérieur et encourage les autres étudiants Burkinabè de la diaspora à lui emboiter le pas.

God bless all of you !!!

Advertisements

Participation du Burkina Faso aux Assemblées de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) : Point de la journée des négociations.

Dans le cadre de sa participation aux travaux  des  Assemblées de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI), la délégation burkinabé s’est entretenue avec le Directeur du Département Afrique et le Directeur général adjoint du FMI. Avec ces deux autorités du FMI, les échanges ont porté sur la vision du Gouvernement pour améliorer le contexte socioéconomique. Cette vision est articulée autour de trois axes, à savoir : (i) œuvrer à l’apaisement du climat social au sein de l’Administration publique ; (ii) renforcer les actions de lutte contre l’insécurité et ; (iii) mettre en œuvre une stratégie de maitrise de la masse salariale.


La délégation burkinabè avec le Directeur Afrique du FMI

En ce qui concerne l’apaisement du climat social, le Ministre de l’économie, des finances et du développement, a fait état de la poursuite des négociations avec les partenaires sociaux qui permettent d’envisager une baisse de la tension sociale.

S’agissant de la maitrise de la masse salariale, il a partagé la stratégie du Gouvernement basée, notamment sur la remise à plat du système de rémunération des agents de la fonction publique et la mise en œuvre de mesures de réduction des charges de fonctionnement.

Par rapport à la situation sécuritaire, il a été souligné le renforcement des actions de sécurisation des forces de défense et de sécurité sur l’ensemble des régions touchées, avec des résultats probants observables dans la région de l’Est.

Au regard de cette situation, le Ministre de l’économie, des finances et du développement a relevé la nécessité de rehausser le niveau d’accessibilité du Burkina Faso aux ressources du FMI et l’implication de l’institution dans la mobilisation des autres partenaires pour accompagner le Burkina Faso.


La délégation burkinabè avec le Directeur Général Adjoint du FMI

Le Burkina Faso a été félicité pour sa résilience en matière économique par le Directeur du département Afrique et le Directeur Général Adjoint du FMI qui invite le Gouvernement à veiller au maintien de la stabilité du cadre macroéconomique, améliorer l’efficacité de la dépense et la mobilisation des ressources domestiques. Une revue du Programme sera tenue très prochainement à Ouagadougou pour faire le point des résultats atteints par le Burkina Faso.

Par ailleurs, la délégation a rencontré le Vice-président chargé des opérations de la Socuere Financière Internationale (SFI) pour discuter des interventions de cette Institution au Burkina Faso. Les deux parties se sont accordées sur la nécessité de l’affectation de ressources humaines dédiées au Burkina Faso en vue de permettre un suivi rapproché des réformes du climat des affaires et le soutien au secteur privé. La SFI a marqué sa disponibilité à renforcer ses interventions au Burkina Faso, en particulier dans les secteurs des énergies renouvelables, de l’économie numérique et de l’agro business.

En marge de ces deux rencontres, la délégation a rencontré la Présidente – Directrice générale du Partenariat mondiale pour l’éducation qui a injecté plus de 141 milliards FCFA dans le secteur éducatif au Burkina Faso depuis 2009. Après un exposé par la délégation des actions entreprises et envisagées dans le domaine de l’éducation et ce en lien avec la situation sécuritaire, elle s’est engagée à mobiliser les autres partenaires pour soutenir davantage l’éducation au Burkina Faso.

Albright, Education

Enfin, la délégation s’est entretenue avec l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) avec laquelle elle a passé en revue la situation des opérations de l’Agence au Burkina Faso. La JICA s’est dite très satisfaite de l’évolution des projets en cours et a marqué sa disponibilité à poursuivre son appui au Burkina Faso.

Outre les rencontres bilatérales, la délégation a participé à une Table ronde sur la mise en place de stratégies plus efficaces et équitables de mobilisation des ressources intérieures et à la réunion du groupe consultatif du Compact du G-20 avec l’Afrique.

                                                                                  Washington, le 10 avril 2019

Assemblées de printemps de la Banque Mondiale et du FMI à Washington D.C, rencontres du 10 avril 2019: Revoir l’assiette financière du Burkina Faso à la hausse, la délégation du Burkina Faso avec à sa tête le Ministre en charge des Finances M. Lassané KABORE et SEM l’Ambassadeur Seydou KABORE est optimiste.

Assemblées de printemps de la Banque Mondiale et du FMI à Washington D.C: le Ministre OUARO en négociation

Assemblées de printemps de la Banque Mondiale et du FMI à Washington D.C : la question des écoles sous paillotes, la formation des acteurs de l’éducation mais aussi la parité dans les écoles et la construction des lycées et universités sont autant de sujets abordés ce mercredi 10 avril 2019 par le Ministre en charge de l’Education Nationale avec les partenaires en vue de la mobilisation des ressources.

Participation du Burkina Faso aux Assemblées de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) : Point de la journée du 09 avril 2019.

Le Ministre des Finances, le Ministre de l’Education nationale et SEM l’Ambassadeur en compagnie de l’équipe de la Banque Mondiale

Du 8 au 14 avril 2019 se tiennent à Washington DC aux Etats Unis d’Amérique (USA), les Assemblées de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI). Une Délégation du Gouvernement burkinabè, conduite par le Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), par ailleurs Gouverneur de la Banque mondiale et du FMI pour le Burkina Faso, et appuyé par  le Ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, participe à ces rencontres statutaires.

Outre ces deux Ministres, la Délégation comprend l’Ambassadeur du Burkina Faso à Washington DC, le Directeur général de la coopération et le Directeur général du trésor et de la comptabilité publique,  respectivement Gouverneur suppléant de la Banque mondiale et du FMI, le Directeur national de la BCEAO, le Directeur général de l’économie et de la planification, le Conseiller spécial du Premier ministre en charge des PPP.

Dans la journée du 9 avril 2019, la délégation a rendu des visites de courtoisie aux deux Administrateurs représentants le Burkina Faso auprès de la Banque mondiale et du FMI. Les échanges avec ces deux personnalités ont porté sur l’état de la coopération entre notre pays et ces deux institutions, jugé très satisfaisant au regard du soutien constant apporté par les instances de décision des deux institutions internationales aux dossiers soumis par le Burkina Faso, et ont permis de partager la situation socioéconomique et les défis sociopolitiques de notre pays. Il s’agit notamment de :  (i) la bonne tenue des indicateurs  économiques et financiers, en dépit des chocs climatiques et sociaux enregistrés, (ii) la persistance des menaces sécuritaires ; (iii) le renforcement de l’appui financier du groupe de la Banque mondiale en faveur du Burkina Faso ; (iv)  l’accroissement du taux d’électrification du pays, à travers le développement de l’énergie solaire ;  (v) le développement de l’économie numérique.

A la suite de la visite de courtoisie rendue aux administrateurs de la Banque mondiale et du FMI,  la délégation burkinabè a tenu deux séances de travail respectivement avec l’équipe pays de la Banque mondiale conduite par son Directeur des opérations et  avec le Vice-président en charge de  la Région Afrique.

La rencontre avec l’équipe pays a permis de faire le bilan de la coopération avec le Burkina Faso. Il en est  ressorti  deux constats majeurs. En premier lieu, il faut noter que  la Banque mondiale intervient au Burkina Faso à travers 23 projets sous financement IDA,  8 projets régionaux et 10 projets bénéficiant de fonds fiduciaires pour un coût global estimé à plus de 2 milliards USD, soit environ 1 700 milliards FCFA.  En second lieu, il y a lieu de souligner que de façon globale, la qualité du portefeuille est satisfaisante, tous les projets s’exécutant normalement avec  un niveau de décaissement des financements qui est le plus élevé de l’unité opérationnelle couvrant le Benin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Togo.

Avec le Vice-président de la Banque pour la région Afrique, les échanges ont porté sur le souhait du Burkina Faso de bénéficier de l’accompagnement de son institution dans la lutte contre l’insécurité et les fragilités, le renforcement de l’accès à l’énergie, le développement du capital humain et l’éducation, l’économie numérique, l’appui au G5 sahel. Il s’est dit disposer à utiliser tous les instruments adaptés de la Banque pour accompagner les efforts du Burkina Faso dans les domaines voulus. Ainsi, a-t-il été décidé d’un accroissement de l’appui budgétaire dont le niveau de 2020 sera porté de 50 millions USD à 100 millions USD tout comme pour 2019.

Au cours de cette séance, la délégation a ete informée d’un réaménagement institutionnel  qui rattache désormais le Burkina Faso à l’unité opérationnelle couvrant le Mali, le Tchad et le Niger dans le but de renforcer l’homogénéité régionale dans le cadre du G5 Sahel.

Dans l’après-midi, les Ministres en charge de l’éducation et des finances ainsi que les responsables de la Banque mondiale ont tenu un « Side event » au cours duquel  la Stratégie nationale de scolarisation des élèves dans les zones à forts défis sécuritaires,  2019-2024, a été présentée. Adoptée en conseil de ministre le 21 février 2019,  cette stratégie est bâtie autour de trois axes :

– l’accès à l’éducation et à un environnement d’apprentissage protecteur et sécurisé,

– l’enseignement et l’apprentissage de qualité,

– le pilotage et la coordination.

Cette présentation a été l’occasion d’échanger avec la banque mondiale sur le sujet de la vulnérabilité du Burkina Faso et d’explorer des pistes de solution pour favoriser l’éducation des élèves de cette zone touchée par l’insécurité.  

                                                                                  Washington, le 10 avril 2019

Visite du Directeur Pays du MCC Burkina Faso à l’Ambassade du Burkina Faso à Washington D.C.

L’Ambassadeur Seydou Kaboré et Mr. Mickael Simsik

Le jeudi 4 avril 2019 à 14h30, SEM l’Ambassadeur a reçu la visite de Monsieur Michael SIMSIK, Directeur pays du Millenium Challenge Corporation/Burkina Faso. L’hôte du jour est venu s’entretenir avec l’Ambassadeur de l’etat d’avancement de la mise en place du second Compact (bilatéral) du MCC Burkina Faso.

Il resort des échanges que la phase des études finales du second Compact avance bien et pourrait être bouclée d’ici août 2019 ; toute chose qui devrait permettre d’aboutir avant fin 2019 à un mémorandum représentant la première matrice du nouveau Compact entièrement dédié au développement du secteur de l’énergie.

En effet, le MCC/Compact 2 sera essentiellement orienté sur l’énergie, notamment dans ses volets suivants :

  • Infrastructures : pour accroitre le volume et la qualité l’offre énergétique ;
  • Institutionnel : pour renforcer le cadre institutionnel ;
  • Capital humain : pour développer le savoir-faire ;
  • Solaire : pour accroitre l’offre en énergie solaire en milieux rural.

Monsieur SIMSIK a par ailleurs rassuré l’Ambassadeur sur la volonté des autorités américaines de voir rapidement se mettre en place le Compact régional pour lequel notre pays vient également d’être éligible et qui pourrait connecter le Ghana, le Burkina Faso et le Mali.

Avant de prendre congé de son hôte, l’Ambassadeur a formulé à l’endroit du MCC, du gouvernement et du peuple américains les sincères remerciements du Burkina Faso pour la démarche MCC et l’exemplarité des relations d’amitié et de coopération qui unissent les deux pays.